Navigation – Plan du site

À propos

Elohi – Peuples indigènes et environnement est une nouvelle revue dont l’ambition est d’explorer le rapport intime que les peuples qui se disent ‑ ou qui sont définis comme ‑ indigènes établissent avec leur environnement.

Le débat scientifique pour lequel Elohi – Peuples indigènes et environnement se propose d’être l’arène s’inscrit dans un cadre posé notamment en Amérique du Nord par deux textes fondamentaux qui ont donné lieu à de vifs débats ces deux dernières décennies. Le premier ‑ « The Trouble with Wilderness », publié par William Cronon en 1996 ‑ donna corps à deux postulats, qui semblent être communément acceptés aujourd’hui, même s’ils font toujours l’objet d’une ­analyse sans cesse renouvelée : 1) la nature n’existe pas sans l’homme ; 2) l’environnement est une donnée socialement et/ou culturellement construite. Sans être totalement consensuel, le texte de Cronon reste tout de même bien moins controversé que celui de Sherpard Krech III, The Ecological Indian, publié en 1999.

Le rapprochement de ces deux textes fait surgir de nombreuses questions. Elohi – Peuples indigènes et environnement propose à des contributeurs du monde entier, et de toutes disciplines, de tenter d’y répondre.

Globalement, l’objectif de la revue est d’explorer les rapports qu’entretiennent les peuples du monde avec leur environnement naturel immédiat. Par « peuples indigènes », nous faisons référence non aux peuples parfois dits « primitifs » ou « premiers », deux termes qui nous semblent trop chargés de connotations péjoratives. Nous retiendrons le sens étymologique d’indigène pour nous intéresser davantage aux peuples engendrés par et en un lieu spécifique. Que cette indigénéité ne soit que purement imaginaire importe peu. Si elle contribue à façonner l’identité d’un peuple, elle est fondamentale, digne d’intérêt et, nous le croyons, peut-être riche d’enseignements. Cette caractéristique indigène, qui se manifeste chez certains par la croyance ancestrale d’être littéralement enfantés par la « Terre-Mère », conditionne souvent le rapport que les peuples entretiennent avec leur environnement. Pour le moins, Elohi – Peuples indigènes et environnement veut interroger l’idée que l’indigénéité donne lieu à un rapport particulier à la terre, c’est-à-dire un rapport déterminé par la croyance même qu’a un peuple d’être issu d’un lieu spécifique.

Les questions corollaires des rapports entre constructions identitaires, dynamiques socio-économiques et représentations de l’environnement, des positionnements identitaires, et de la construction des représentations de la nature et de l’environnement, seront également des domaines d’exploration féconds. Plus largement, réfléchir au rapport qu’entretiennent les peuples indigènes avec leur environnement revient aussi à se poser la question du rapport de l’homme au monde, ainsi que celle des modèles, plus ou moins viables, de développement et d’exploitation des ressources.

Elohi – Peuples indigènes et environnement a l’ambition d’appréhender son objet d’études dans une globalité ‑ déconstruite par la séparation des connaissances d’une part, et par la division entre nature et culture d’autre part ‑ que nous pensons nécessaire à sa compréhension. Pour ce faire, cette revue se veut le lieu d’un dialogue entre acteurs et observateurs d’une part, et entre spécialistes de toutes disciplines d’autre part. Ce premier numéro, introduit par une spécialiste de la littérature, accueille des contributions d’un historien, d’un civilisationniste, d’anthropologues et d’un juriste. Chacun à sa façon, tous examinent le cœur de la relation évoquée par le titre de la revue. Leurs points de vue se complètent. Outre les disciplines déjà citées, les numéros suivants recevront les contributions de biologistes, de chimistes, d’écologues, d’ethnologues, de géographes, etc. Tous réfléchiront à différents aspects de notre objet d’étude, entre autres les rapports entre peuples indigènes et mouvements environnementalistes (prochain numéro), la dichotomie nature/culture, les représentations de l’écologiste indigène, les revendications politiques et environnementales des peuples indigènes, et la place des savoirs indigènes dans l’économie mondialisée.

Bibliographie

Cronon, William. “The Trouble with Wilderness: or, Getting Back to the Wrong Nature.” Environmental History 1.1 (January 1996), 7-28.

Krech III, Shepard. The Ecological Indian: Myth and History. New York: W. W. Norton, 1999.

Latour, Bruno. Nous n’avons jamais été modernes : Essai d’anthropologie symétrique. Paris, La Découverte, 1991.

Serres, Michel. Biogée. Paris, Le Pommier, 2011.

Haut de page
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Climas (Cultures et Littératures des Mondes Anglophones)
  • Logo Ameriber (Amérique latine, Pays ibériques)
  • Logo Institut des Amériques
  • Les cahiers de Revues.org